Pages

jeudi 20 avril 2017

Autisme Asperger, un diagnostic à l'âge adulte?

Dans le cadre du mois de l'autisme, je vous invite à prendre connaissance du premier texte de la chronique « Aspie & Cie » chez Regard9 qui porte sur le diagnostic de TSA (trouble du spectre de l'autisme) à l'âge adulte (en cliquant sur le lien ou sur l'image) :

Autisme Asperger, un diagnostic à l'âge adulte?



Bonne lecture!

mercredi 12 avril 2017

« Aspie & Cie », nouvelle chronique chez Regard9

C’est à la fois heureuse et fébrile que je souhaite annoncer ma collaboration avec Regard9, une jeune entreprise dynamique qui valorise et soutien la différence.


J’invite les parents, les familles, les enseignants et les intervenants d’enfants qui composent avec des défis comme l’autisme, la dysphasie, le TDAH, un trouble moteur ou autres, à prendre connaissance des outils qui sont offerts par le biais de leurs livres, jeux, conférences et formations. Bien que l’entreprise axe ses activités sur le développement des enfants, elle n’en reste pas moins sensible à la réalité des adultes qui composent avec des différences.

Sur le blogue de Regard9, je serai rédactrice de « Aspie & Cie », une chronique qui vise à sensibiliser au sujet du syndrome d’Asperger (TSA niveau 1), de même qu’aux handicaps dits invisibles. Ma présentation est déjà disponible par ici : présentation Ann May.

À bientôt donc pour la sortie du premier texte!

jeudi 23 février 2017

Coup de cœur artistique :)

Aujourd’hui, je souhaite mettre en lumière le projet TAWAArt [1] qui propose de créer un musée virtuel de l'art autistique, initié par l’artiste peintre Mady Art [2]. Je viens de contribuer à ce projet qui sollicite un financement participatif et vous invite à faire de même.

L’art autistique/Asperger est un de mes sujets d’intérêt. Il y a dans ce champ des talents fabuleux. Il n’est déjà pas facile d’être artiste dans le contexte de nos sociétés actuelles. Le chemin est doublement difficile lorsque l’artiste est aussi autiste.

Une partie des difficultés rencontrées par les artistes professionnels dont le fonctionnement se situe sur le spectre de l’autisme est explicitée par Mady Art sur la page de son projet :
Artiste peintre professionnelle depuis 30 ans. Diagnostiquée TSA (Troubles du Spectre Autistique/*Asperger) en février 2013. J'ai réalisé et surtout compris la cause de mes limitations à promouvoir mon art depuis tout ce temps. J’ai pensé qu'une plateforme d'art centrale virtuelle pour les artistes autistes pourrait attirer l'intérêt des artistes mais aussi celui des amateurs et collectionneurs d'art. Sachant nos difficultés de socialisation  il peut être difficile de développer une carrière artistique pour cela j'invite le public à venir sur le site TAWA Art pour découvrir des mondes Artistiquement et Autistiquement tous plus beaux les uns que les autres.

La lecture de ces propos m'a fait penser à ceux d'Antoine Ouellette, dont j'avais pris connaissance il y a quelques années, et qui vont dans la même direction :
Il y a un prix social à payer quand on est autiste, comme une amende parce qu’on est un peu trop différent. Vient un moment où expérience, compétence, expertise, réalisations et projets ne suffisent plus. Ce qu’il faut, c’est un solide réseau social, professionnel en l’occurrence, beaucoup d’entregent, des contacts suivis, l’assiduité à des activités stratégiques, peu importe qu’on en ait envie ou non, un sens aiguisé de la flatterie ciblée, de la courtisanerie. Mais tout cela, c’est précisément ce qui est le plus difficile pour une personne autiste. C’est d’ailleurs précisément là où Mozart et Bartók ont échoué. L’un et l’autre sont décédés dans la gêne; on peut même parler de misère pour Bartók. Quant à moi, c’est surtout sur ce plan que je constate les limites de ma condition. [3]

Ayant moi-même une formation de deuxième cycle universitaire dans un domaine créatif et rencontrant des difficultés similaires, je comprends tout à fait ce qu'affirment Mady Art et Antoine Ouellette dans ces citations. Ces propos témoignent de la nécessité de développer davantage de lieux et de moyens visant à soutenir les talents artistiques, de même que les activités professionnelles des personnes autistes et Asperger. La création de TAWA Art, une plateforme qui servira à promouvoir les créations artistiques de personnes autistes et Asperger, sera à mon avis une nette avancée en ce sens.

En résumé, ne laissons plus les Mozart et les Bartók contemporains de ce monde, en provenance de tous les domaines des arts, plonger dans la gêne ou la misère.

Au moment où je rédige cet article, le projet TAWA Art a déjà atteint la somme demandée pour réaliser la première phase du projet. La réponse favorable démontre le besoin et la nécessité d’une telle plateforme. Il reste 19 jours pour contribuer et peut-être arriver à combler les besoins financiers demandés afin de réaliser la deuxième phase du projet. Ce projet revêt une importance capitale pour les personnes autistes qui ont un talent et des compétences dans le domaine des arts. De belles contreparties sont offertes aux personnes qui contribuent. Je viens de participer et vous invite à en faire de même en cliquant ici :

Bien hâte de recevoir ma carte postale sur toile cartonnée et longue vie au projet TAWA Art!



[3] Antoine Ouellette, Musique autiste, Montréal, Triptyque, 2011, p. 279.

vendredi 27 janvier 2017

Double profil : Asperger et douance

Parce que je traverse une phase de doute.

Parce que je ressens le besoin de sensibiliser à ce double profil souvent méconnu qui comprend le syndrome d'Asperger (ou l'autisme) auquel s'adjoint une douance. 

Parce que je crois qu'il arrive que des talents se perdent faute de trouver suffisamment de lieux et d'alliés sur lesquels compter, au long cours, sur leur chemin. 

Voici un petit encart pour mettre ce double profil en lumière :



En espérant qu'avec une meilleure compréhension et davantage de lieux, de rencontres, de communautés et de réseaux reconnaissant leur valeur, de même que permettant et soutenant leur pleine expression, ces intelligences particulières puissent davantage contribuer à nos sociétés et que leur épanouissement les mène à rendre obsolète la fin de cette citation et de la transformer en « intelligences heureuses » tout simplement.

vendredi 24 juin 2016

Coups de coeur Aspie de juin :)

Mon premier coup de cœur Aspie du mois va aux photographies de gouttes d’eau et des petits mondes qu’ils contiennent prises par Isabelle de la page Facebook AspiRimage :

Il y a quelques années, je me suis amusée à prendre des photos de gouttes de sève d’un résineux en fin de vie qui avait été picoré par des grands pics. La goutte, paysage fascinant, reflétait les arbres et les habitations autour. Ces petits mondes qui se révèlent à ceux qui savent les voir sont surprenants, voire vivifiants. Voilà pourquoi j'éprouve du plaisir à voir passer dans mon fil d'actualité les petites gouttes d'AspiRimage entourées de verdure. On retrouve sur cette page d'autres types d'images agréables elles aussi, comme des fleurs et des animaux. 

Mon second coup de cœur de juin est une chanson, qui (à ma connaissance) n’est pas le fruit d’une personne Asperger. Il s’agit de « Valse Kalimba », chanson emplie de chaleur, de simplicité et de douceur, qui à mon avis peut rejoindre tant les petites que les grandes personnes qui se sentent différentes :

Bon été à tous!

jeudi 23 juin 2016

Sens dessus dessous : l'envers de la médaille

En avril, j’écrivais un article qui portait sur un aspect positif de mon fonctionnement Aspie, soit à propos d’un plaisir sensoriel. Je préfèrerais écrire encore une note de cette teneur (j’en écrirai certainement d’autres ultérieurement), parce que j’aime mettre en lumière les caractéristiques originales et colorées des Aspies, de même que leurs talents. Mais être Aspie, c’est aussi composer avec des aspects moins plaisants, voire parfois franchement difficiles. Et ces aspects font aussi partie de ma réalité, comme de celle d’autres personnes ayant un syndrome d’Asperger ou un TSA. 

Tant qu’à évoquer des réalités difficiles, parlons-en. L’être humain compose avec un ensemble de paramètres le long de sa vie. Personne n’est épargné par les épreuves. Depuis plusieurs semaines, ma santé part en vrille. Ce n’est pas la première fois que je rencontre un épisode semblable, bien que chaque fois ce soit différent. En fait, je compose avec des limitations fonctionnelles non visibles depuis plus de quinze ans. Les problématiques que je rencontre ont un aspect fluctuant et plus ou moins handicapant selon les périodes. En ce moment, je dois dire que c’est la galère. Je lutte pour retrouver un équilibre et éventuellement le maintenir le plus longtemps possible. 

Lorsque mon état de santé se trouve fragilisé comme présentement, mes perceptions sensorielles qui sont déjà en temps normal hyper aiguisées, se trouvent soudainement décuplées. Tout devient « trop ». Des situations somme toute banales en apparence me causent d’énormes soucis. 

Il y a quelques semaines, par exemple, j’ai assisté à un événement qui soulignait un accomplissement d’un membre de ma petite famille. Cet événement se déroulait dans une salle où il y avait plusieurs centaines de personnes, le tout ponctué d’une quantité de bruits (musique forte, applaudissements, cris) et de déplacements. Il était important pour moi d’être présente à cette activité. La réalité est que j’y étais, mais n’ai pas pu en profiter. Je me suis trouvée en surcharge sensorielle du début à la fin, soit durant trois longues heures. J’avais pourtant apporté des bouchons d’oreilles pour tenter de diminuer la force des bruits et je m’étais choisi une place vers l’arrière de la salle, au bout d'une rangée. En temps normal, j’éprouve des difficultés dans ce type d’environnement, mais j’arrive à gérer. Étant donné le contexte actuel, mon corps s’est mis à trembler, il m’était impossible de demeurer immobile. Je croisais et décroisais les jambes sans arrêt, je me suis même mordu les doigts pour tenter discrètement de faire diminuer les sensations qui me happaient, chose que je n’avais pas faite depuis mon adolescence. Lorsque je suis arrivée pour sortir de la salle à la fin de la soirée, mes jambes ne me portaient plus, tant j’avais été en lutte. 

Alors oui, comme le dit Mélanie Ouimet du mouvement Neurodiversité, il peut nous arriver d’avoir des crises, même lorsqu’on est adulte [1] et elles peuvent prendre diverses formes. Dans le cas présent, pour moi, c’est une anxiété monstre qui prédomine. 

La différence par rapport à avant (entendre ici lorsque je n’avais pas les clés de compréhension qui viennent avec la connaissance du syndrome d’Asperger), c’est que même si j’ai peu de prise sur ce qui survient (qui est imputable aux réactions de mon système nerveux), je comprends ce qui arrive. Je peux aussi parfois le communiquer aux quelques personnes proches qui sont au courant pour mon syndrome d’Asperger. Cependant, il demeure difficile pour moi de le communiquer aux personnes non sensibilisées (comme aux médecins que j’ai rencontrés récemment, par exemple). Je compte progresser dans ce domaine, mais chaque chose en son temps. Ma priorité actuelle est de recouvrer la santé.

[1] « Je suis une adulte et il m'arrive encore de faire des crises! », dans le Huffigton Post Québec du 13/06/2016.

dimanche 29 mai 2016

Coups de coeur Aspie :)

Après avoir posté mon entrée de blogue, hier, je me suis connectée sur mon profil Facebook pour y faire un peu de lecture. Tout en haut de mon fil d'actualités, une publication m'a sautée aux yeux. Il s'agissait d'une oeuvre visuelle accompagnée d'un poème intitulé « Un trajet sous-marin », par Linda Bachammar, une artiste Aspie [1]. Il y avait là, dans le titre, dans la poésie et dans l'image, bien que posé de manière différente, une correspondance avec le thème sur lequel je venais de m'exprimer. Une belle coïncidence qui a été pour moi l'occasion d'un coup de coeur. Je vous invite à en prendre connaissance. 

Je ne pouvais pas passer cette anecdote sous silence, d'où cette entrée de blogue supplémentaire. C'est aussi l'occasion d'ajouter une rubrique à ce blogue, celle de mes « coups de coeur Aspie ». Je suis très sensible aux avancées et aux réalisations des personnes qui composent avec une différence, notamment le syndrome d'Asperger. Mes champs d'intérêt sont également orientés vers l'écriture et les arts visuels. Je souhaite donc profiter de ce petit espace d'expression et de diffusion pour promouvoir des réalisations qui me touchent et qui me semblent intéressantes et importantes de partager. Cela rejoint également un projet que je garde secret pour le moment ;) 

Je profite de l'occasion pour parler d'une autre initiative que j'ai trouvée bien intéressante ces dernières semaines. Une internaute a démarré un projet qui consiste à partager des portraits d'Aspies (photos et entrevues), axés sur leurs forces et leurs intérêts dans un blogue nommé « Aspix » [2]. Deux articles ont été publiés à ce jour, soit : « Claire et le speedcubing » et « Rémy et la météorologie ». 


[1] Pour retrouver les oeuvres et les textes poétiques de Linda Bachammar, c'est par ici : 
Il est également possible de suivre l'artiste via sa page Facebook : 

[2] On peut retrouver le blogue « Aspix » à cette adresse :
https://aspixblog.wordpress.com/
La page Facebook du blogue :
https://www.facebook.com/aspergerpics/